navigation

F. Douglass ou l’éducation, surtout la lecture, principal instrument de la LIBERTE ! 10 mai, 2008

Posté par rahelys dans : A lire,A visiter,Evénements HELI'S MADAGASCAR,Hommages,Solidarité,vie quotidienne , ajouter un commentaire

Commémoration ABOLITION ESCLAVAGE

Voici la participation de HELI’S MADAGASCAR à ce 10 mai 2008, 3e année de commémoration ! 

Le 10 mai est  une date « choisie par la République française comme journée officielle du souvenir de l’esclavage  »

Hebergeur d'images

«  Mémoires d’un esclave  » de Frederick Douglass

UN DES PLUS BEAUX HYMNES A LA LIBERTE

MESSAGE D’ESPOIR, MESSAGE D’ACTUALITE POUR TOUS !

1/  Cadre de cet ouvrage :

L’esclavage : Aux Etats-Unis, pays fondé essentiellement sur cette illicite institution, crime contre l’humanité.

Les Noirs d’Amérique, seuls êtres humains à qui on a interdit d’apprendre à lire : on les a privés de la richesse de l’esprit, 2nd crime contre l’humanité !

2/ Qui est Frederick Douglass ?

Etre d’exception au parcours extraordinaire, Afro-américain le plus célèbre de son temps, Frederick Douglass (activiste, secrétaire assistant à la commission de Saint Domingue en 1871, ambassadeur américain accrédité en Haïti (1889-1891 ), militant, tribun, féministe, négociateur, conseiller présidentiel…) livre ses mémoires.

Dans «  Mémoires d’un esclave  », il nous fait découvrir l’émancipation physique et intellectuelle.

Né esclave, Douglass, enfant, apprend obstinément à lire, le faisant presque seul et comprenant jusque dans sa chair que le chemin de la liberté passe par là !

Apologie du pouvoir du savoir, de la lecture et de l’écriture, puissantes armes menant à la route de la liberté.

3/ Le livre «  Mémoires d’un esclave  » de Frederick Douglass ?

3.1 – Livre écrit en 1845, avec la première traduction française en 2005 par Lux Éditeur, à l’aube de la trentaine Douglass nous laisse un legs en exposant le récit de sa vie d’esclave, de la séparation de sa mère à la naissance, en 1818, dans une plantation du Maryland, jusqu’à son évasion en 1838, qui lui donna la possibilité de se réfugier au Nord des États-Unis.

Cette autobiographie nous offre ainsi un témoignage poignant et éloquent de l’esclavage, une grande leçon de stoïcisme et d’espoir en l’avenir. Se faisant respecter par son érudition dotée de qualités intellectuelles et morales hors du commun, il devint rapidement au XIXe siècle une figure incontournable du mouvement pour l’abolition de l’esclavage.

3. 2 – Mémoires d’un esclave, traduction et annotation par

Le Dr Baillargeon et sa compagne Chantal Santerre, professeur au CGEP de Saint-Hyacinthe (en Montérégie près de Montréal)

Dr Baillargeon fait part de votre fascination pour le personnage de Douglass.

«  - Il est très difficile de lire ce livre sans pleurer ou rager ou se révolter sur ce qu’un être humain peut faire à un autre homme. Vous avez lu l’ouvrage et le savez : ce que raconte Douglass est parfois d’une horreur sans nom…

- Traduire ce livre a en effet été un grand travail. Mais nous l’avons fait avec bonheur, pour Frederick et avec la volonté de le faire connaître et de partager notre affection pour lui. Il est en effet un personnage profondément inspirant, d’une grande noblesse, d’un grand courage et un modèle qui reste inspirant pour les militantes et militants d’aujourd’hui dans leurs combats. C’est aussi un beau modèle à donner aux jeunes, Noirs ou Blancs ou de toute origine…  »

A VISITER

GRIOO.COM http://www.grioo.com/categorie5.html

AFRIK.COM http://www.afrik.com/article14252.html

Lanaudière... moutons, caro... |
DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Faut-il considérer internet...
| Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013