navigation

J’AI VU « TANKAFATRA – Madagascar authentique » 52 minutes , 2005, Hery A. Rasolo 28 octobre, 2008

Posté par rahelys dans : Cinéma malgache,Coup de coeur,Culture,Evénements HELI'S MADAGASCAR,Hommages,Identité malgache,mode de vie,Solidarité , trackback

Hebergeur d'images

Contrairement à tous les nombreux films documentaires sur le « FAMADIANA », celui de Hery A. Rasolo est différent en divers points : – point de recherches à faire du folklore, du fantastique autour d’un événement traditionnel malgache – point de volonté d’imposer ses idées sur le thème.

 

1- CE QUE TANKAFATRA NOUS REVELE
Tout simplement, Hery A. Rasolo en vrai rapporteur reste neutre et filme le déroulement du FAMADIANA, qui a toujours été présenté comme le folklore malgache N°1.
Ce film nous révèle :
1.1 – Les différents acteurs du famadiana : les défunts autour desquels tournent l’événement, leurs descendants (zanadrazana), le devin (astrologue-savant), la communauté villageoise
1.2 – Le pourquoi du famadiana (rendre hommage aux parents décédés : ne pas laisser leurs os tomber à terre = abandon des enfants qui ici vont mettre leurs parents dans le même linceul)

1.3 – La durée du famadiana qui est une grande fête solidaire de 3 jours

1.4 – Les rôles des différents acteurs

 

2 – LES PRINCIPAUX ACTEURS DU FAMADIANA
LES DESCENDANTS

« Les zanadrazana »  se partagent équitablement les dépenses (achats des victuailles pour le festin offert aux invités et villageois : zébus, riz – Plusieurs Lamba , linceuls pour les défunts – location des mpihira gasy qui assurent la musique, danses – frais pour les fossoyeurs) – Ils assurent aussi la cuisine et le service des repas.

LE DEVIN

Le devin par ses connaissances est le maître de cérémonie : en fonction des positions astrales, il conseille aux descendants les jours fastes pour le famadiana. Il organise le planing du temps et des différents lieux des activités (lieu de sacrifice de zébus, de cuisson des repas, la « salle » des repas, l’organisation de la procession des invités pour entrer et sortir de la « salle » des repas, le lieu des chants et danses des Mpihira Gasy).

 

3 – REPARTITION DES JOURS DU FAMADIANA

Jour N°1 Journée des prépartifs Installation des foyers, de la « salle des repas » avec entrée et sortie bien précises, réparations des maisons, nettoyage des environs du caveau – Sacrifice des zébus et cuisson du festin – Repas offert aux communautés villageoises

Jour N°2 Journée des défunts Ouverture du caveau et les défunts enroulés dans de nouveaux linceuls

Jour N°3 Journée des  vivants, des descendants endimanchés, invités d’honneur au concert des mpihira gasy. A la fin des repas, les invités « paient » à tour de rôle leur  « atero-kalao » (« donnant-donnant » : une participation symbolique aux dépenses: les mêmes sommes leur seront remises quand viendront leur tour d’organiser un famadiana).

 

4 – LE FAMADIANA: UNE INSTITUTION ANCESTRALE MALGACHE
Le famadiana,  une vraie institution ainsi mise sur pied par les ancêtres des Malgaches pour

- maintenir l’entente entre les familles (les fêtes évitent la co-sanguinité)

- fortifier la solidarité (ENTR’AIDE) entre villages (atero-kalao bien enregistré dans un cahier) et favoriser ainsi la circulation monétaire au niveau des paysans.

- faire tourner l’économie communale et régionale (vente de lamba, de bois de chauffe, travail pour les fossoyeurs, les cuisiniers, les tailleurs, les riziculteurs, agriculteurs)

Grâce au famadiana, l’intérieur et l’extérieur du caveau sont nettoyés. Nous savons aussi que les défunts des Malgaches ont toutes les parties de leur corps réunies au même endroit . Les Malgaches essayent toujours de revenir se faire enterrer sur leur terre ancestrale. – Olga HELISOA, 27 oct, 2008

NOTRE AVIS
La grande qualité de ce film documentaire repose sur sa narration toute simple sans déduction.

Le cinéaste n’a pas cherché à faire du voyeurisme. Il a respecté l’intimité des descendants quand ceux-ci entrent dans le caveau et quand ils enveloppent leur défunts.

Nous avons fait la connaissance d’une institution bien ordonnée respectueuse de la tradition certes mais aussi de l’état (levée au drapeau).

A travers ce documentaire, finie cette insinuation à la « coutume barbare » que des pseudo-ethnologues spécialistes de Madagascar ont voulu absolument mêler au spiritisme et autre fantastique !

En ce qui concerne le devin « mpanandro » (celui qui connaît les jours), nous sommes loin de l’image satyrique du charlatan avec les graines de haricots et qui arnaque tout le monde !

Il s’agit d’un savant qui connaît les astres, la biogéologie. Bref, il s’agit d’un détenteur de savoir sur les relations entre l’homme, ses activités et ses milieux naturels.

Il n’y a nullement mention, ni d’évocation de prier les morts, ni de recherche de talisman …

Nous sommes à mille lieux des clichés habituels dont les cinéastes nous ont habitués !

 

Ici, les Malgaches et Madagascar sont placés à leur juste valeur : un peuple plein de bon sens qui à travers toute action doit respecter un ordre établi entre l’homme-acteur et son environnement. Et au-dessus de cet ordre il n’oublie jamais:

- son créateur « zanahary »: l’homme étant lui-même « créé » « voahary » 

- ni les parents défunts appelés « ancêtres » étant  partis dans « l’au-delà » vers le créateur.

Merci à Hery A. Rasolo  « Paix à son âme » - Olga HELISOA, 27 oct, 2008

TANKAFATRA – « Madagascar authentique » 52 minutes , 2005, primé au Festival de films panafricains de Cannes et au 6ème Panafricana di Roma. Un regard sur la tradition du “famadihana”

Le 25 octobre 2007, à Paris 13e, les voûtes en Hommage à Hery A. Rasolo, le réalisateur malgache de films documentaires, mort le 21 septembre 2008

Contact : (+33 1) 43 72 74 72 / laterit@laterit.fr

Les Voûtes, 19 rue des Frigos, Paris 13ème – Métro : Bibliothèque François Mitterrand

Commentaires»

  1. j ai aimé ce film et c bien fait.en tout cas parmi les films doc que j ai vu
    je peu dire que il est parmi les 10 premiers.Bravo

Laisser un commentaire

Lanaudière... moutons, caro... |
DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Faut-il considérer internet...
| Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013