navigation

J’AI VU « TANKAFATRA – Madagascar authentique » 52 minutes , 2005, Hery A. Rasolo 28 octobre, 2008

Posté par rahelys dans : Cinéma malgache,Coup de coeur,Culture,Evénements HELI'S MADAGASCAR,Hommages,Identité malgache,mode de vie,Solidarité , 1 commentaire

Hebergeur d'images

Contrairement à tous les nombreux films documentaires sur le « FAMADIANA », celui de Hery A. Rasolo est différent en divers points : – point de recherches à faire du folklore, du fantastique autour d’un événement traditionnel malgache – point de volonté d’imposer ses idées sur le thème.

 

1- CE QUE TANKAFATRA NOUS REVELE
Tout simplement, Hery A. Rasolo en vrai rapporteur reste neutre et filme le déroulement du FAMADIANA, qui a toujours été présenté comme le folklore malgache N°1.
Ce film nous révèle :
1.1 – Les différents acteurs du famadiana : les défunts autour desquels tournent l’événement, leurs descendants (zanadrazana), le devin (astrologue-savant), la communauté villageoise
1.2 – Le pourquoi du famadiana (rendre hommage aux parents décédés : ne pas laisser leurs os tomber à terre = abandon des enfants qui ici vont mettre leurs parents dans le même linceul)

1.3 – La durée du famadiana qui est une grande fête solidaire de 3 jours

1.4 – Les rôles des différents acteurs

 

2 – LES PRINCIPAUX ACTEURS DU FAMADIANA
LES DESCENDANTS

« Les zanadrazana »  se partagent équitablement les dépenses (achats des victuailles pour le festin offert aux invités et villageois : zébus, riz – Plusieurs Lamba , linceuls pour les défunts – location des mpihira gasy qui assurent la musique, danses – frais pour les fossoyeurs) – Ils assurent aussi la cuisine et le service des repas.

LE DEVIN

Le devin par ses connaissances est le maître de cérémonie : en fonction des positions astrales, il conseille aux descendants les jours fastes pour le famadiana. Il organise le planing du temps et des différents lieux des activités (lieu de sacrifice de zébus, de cuisson des repas, la « salle » des repas, l’organisation de la procession des invités pour entrer et sortir de la « salle » des repas, le lieu des chants et danses des Mpihira Gasy).

 

3 – REPARTITION DES JOURS DU FAMADIANA

Jour N°1 Journée des prépartifs Installation des foyers, de la « salle des repas » avec entrée et sortie bien précises, réparations des maisons, nettoyage des environs du caveau – Sacrifice des zébus et cuisson du festin – Repas offert aux communautés villageoises

Jour N°2 Journée des défunts Ouverture du caveau et les défunts enroulés dans de nouveaux linceuls

Jour N°3 Journée des  vivants, des descendants endimanchés, invités d’honneur au concert des mpihira gasy. A la fin des repas, les invités « paient » à tour de rôle leur  « atero-kalao » (« donnant-donnant » : une participation symbolique aux dépenses: les mêmes sommes leur seront remises quand viendront leur tour d’organiser un famadiana).

 

4 – LE FAMADIANA: UNE INSTITUTION ANCESTRALE MALGACHE
Le famadiana,  une vraie institution ainsi mise sur pied par les ancêtres des Malgaches pour

- maintenir l’entente entre les familles (les fêtes évitent la co-sanguinité)

- fortifier la solidarité (ENTR’AIDE) entre villages (atero-kalao bien enregistré dans un cahier) et favoriser ainsi la circulation monétaire au niveau des paysans.

- faire tourner l’économie communale et régionale (vente de lamba, de bois de chauffe, travail pour les fossoyeurs, les cuisiniers, les tailleurs, les riziculteurs, agriculteurs)

Grâce au famadiana, l’intérieur et l’extérieur du caveau sont nettoyés. Nous savons aussi que les défunts des Malgaches ont toutes les parties de leur corps réunies au même endroit . Les Malgaches essayent toujours de revenir se faire enterrer sur leur terre ancestrale. – Olga HELISOA, 27 oct, 2008

NOTRE AVIS
La grande qualité de ce film documentaire repose sur sa narration toute simple sans déduction.

Le cinéaste n’a pas cherché à faire du voyeurisme. Il a respecté l’intimité des descendants quand ceux-ci entrent dans le caveau et quand ils enveloppent leur défunts.

Nous avons fait la connaissance d’une institution bien ordonnée respectueuse de la tradition certes mais aussi de l’état (levée au drapeau).

A travers ce documentaire, finie cette insinuation à la « coutume barbare » que des pseudo-ethnologues spécialistes de Madagascar ont voulu absolument mêler au spiritisme et autre fantastique !

En ce qui concerne le devin « mpanandro » (celui qui connaît les jours), nous sommes loin de l’image satyrique du charlatan avec les graines de haricots et qui arnaque tout le monde !

Il s’agit d’un savant qui connaît les astres, la biogéologie. Bref, il s’agit d’un détenteur de savoir sur les relations entre l’homme, ses activités et ses milieux naturels.

Il n’y a nullement mention, ni d’évocation de prier les morts, ni de recherche de talisman …

Nous sommes à mille lieux des clichés habituels dont les cinéastes nous ont habitués !

 

Ici, les Malgaches et Madagascar sont placés à leur juste valeur : un peuple plein de bon sens qui à travers toute action doit respecter un ordre établi entre l’homme-acteur et son environnement. Et au-dessus de cet ordre il n’oublie jamais:

- son créateur « zanahary »: l’homme étant lui-même « créé » « voahary » 

- ni les parents défunts appelés « ancêtres » étant  partis dans « l’au-delà » vers le créateur.

Merci à Hery A. Rasolo  « Paix à son âme » - Olga HELISOA, 27 oct, 2008

TANKAFATRA – « Madagascar authentique » 52 minutes , 2005, primé au Festival de films panafricains de Cannes et au 6ème Panafricana di Roma. Un regard sur la tradition du “famadihana”

Le 25 octobre 2007, à Paris 13e, les voûtes en Hommage à Hery A. Rasolo, le réalisateur malgache de films documentaires, mort le 21 septembre 2008

Contact : (+33 1) 43 72 74 72 / laterit@laterit.fr

Les Voûtes, 19 rue des Frigos, Paris 13ème – Métro : Bibliothèque François Mitterrand

Hery RASOLO: Producteur, cinéaste documentaire – Madagascar HOMMAGES (Suite) 26 septembre, 2008

Posté par rahelys dans : A lire,Cinéma malgache,Culture,Evénements HELI'S MADAGASCAR,Hommages,Identité malgache,Malagasy: Teny,poèmes,Solidarité , ajouter un commentaire

LASA i Hery RASOLO
Hebergeur d'images

Miarahaba e !

Manjombona tokoa ny lanitry ny literatiora sy ny kolotsaina manoloana ny voina misesy tato ho ato. Indro alefako ity Fehezam-boninkazo ity ho fiombonam-po amam-panahy noho ny fahalasanan’Itompokolahy Hery RASOLO.
Mirary fiononana feno sy faherezana ho an’ny Fianakaviana manontolo aho sady mitondra amim-bavaka.

Ramatoa RAHARIJAONA Marie-Angèle, Mpitandrina

 

VELOMA

(Ho fiombonam-po amam-panahy noho ny

fahalasanan’Itompokolahy Hery RASOLO)

 

Gina, sina ny rehetra raha nandre fa lasa ianao,

Lasa nialoha làlana. Hatramin’ny lanitra jerena,

Lanitra ory, malahelo. Mitroatra avy ao anaty ao

Ny fahatsiarovana rehetra. Tsiaro tsy hay fefena.

 

Gina, sina ny rehetra, gina sina anefa ho aiza ?

Lalàm-piainana izao, lalà-mifehy ny manana aina.

Malahelo ny mpianakavy sy ny namana, sakaiza

Nefa tsy afaka manoatra. Lasa ilay nandrandraina.

 

Gina, sina ny rehetra, vata-mangatsiaka sisa,

Nindaosin-dRafahafatesana Ilay Zanak’i Gasikara

Kintana iray niavaka tamin’ireo kintan-tsy ho voaisa,

Nitondra  anjara biriky ho voarakitra an-tantara.

 

Gina, sina ny rehetra, manoloana izato lahatra.

Gina, sina ny rehetra nandre ny fahalasananao.

Rehefa tonga izany ora tsy misy afaka mamahatra

Koa mandria am-piadanana, eny veloma no atao.

 

Ramatoa RAHARIJAONA Marie-Angèle, Mpitandrina
Frantsa 25 septambra 2008

Hery RASOLO:Producteur, cinéaste documentaire – Madagascar HOMMAGES 25 septembre, 2008

Posté par rahelys dans : Cinéma malgache,Culture,Hommages,Identité malgache , ajouter un commentaire

LASA i Hery RASOLO
Hebergeur d'images

Nodimandry ny 21 septambra 2008 tao Antananarivo – Madagasikara ary nalevina omaly alarobia 24 septambra tao Antananarivo ihany.

 

Miondrika eo anatrehan’It. Hery RASOLO izahay.
Reharehan’i Madagasikara eran-tany izy ary niezaka nitondra ny anjara birikiny teo amin’ny fanandratana avo an’i Madagasikara Tanindrazany.

MISAOTRA TOMPOKOLAHY !
MANDRIA AM-PIADANANA !

Mitondra eto ny fiarahana ory amin’ny fianakaviana manontolo
Sy mirary fampiononana feno azy ireo. – Olga HELISOA

*****

Hery RASOLO

décède le dimanche 21 Septembre 2008 à Antananarivo – Madagascar. Il a été enterré le mercredi 24 septembre à Antananarivo.

Nous saluons le patriotisme de ce grand talent de la cinématographie malgache.

MERCI MONSIEUR !

REPOSEZ EN PAIX  ! QUE LA TERRE VOUS SOIT LEGERE ! – Olga HELISOA

*****

 

Hery RASOLO 

Hebergeur d'images

Monsieur « IZANY S’IZANY VIDEO PRODUCTION – Madagascar »

« Madagascar authentique » ou « Dis-moi d’où tu viens et je saurai qui tu es ! »

« La richesse constituée en priorité par la culture et non le matérialisme à tout va ! »

Voilà en bref, qui est Hery RASOLO.

 

Hery RASOLO, économiste – informaticien de formation et autodidacte en matière de cinéma, s’est reconverti dans la production de films documentaires en 1997 après 15 années passées à l’étranger.
Hery Rasolo se consacre depuis 2002 à sa passion : la vidéo numérique. La réalisation de films institutionnels, lui permet de produire ses propres documentaires.

 

SES OEUVRES PRIMEES 

 

Hebergeur d'images

TANKAFATRA
En novembre 2005, au Festival du film d’Amiens Hery RASOLO a présenté le film documentaire « Tankafatra ».

Tout sur le rituel d’un « Famadihana » à travers de la vie des paysans de l’Imerina sur les hautes terres malgaches.

« Tankafatra » signifie « Lieu-où-est-laissé-un-message » ou l’étonnement de la main mise du christianisme sur les terres des Ancêtres.

RAKETA MENA

« Raketa mena » sorti en 2007, dernière œuvre de Hery Rasolo, un  film documentaire de 52 minutes, dont le sujet est la famine dans le Sud malgache, a reçu les critiques positives du public.

Puis est venue sa participation au festival Ciné Sud à Cozès, en France en 2007.

Hery Rasolo, encore relativement inconnu du public, est pourtant un réalisateur talentueux. Sa participation à diverses manifestations est sollicitée !

Sa participation au Festival international de films d’Afrique et des îles (Fiafi) a été également prévue pour le 7 octobre à l’île de la Réunion.

FILMOGRAPHIE

- 14.12.2005 TANKAFATRA – Madagascar authentique (Prix Cannes et Rome)

- 22.02.2007 RAKETA MENA (Cactus rouge). (Prix Cozès – France) Olga HELISOA

Locations of visitors to this page

 

TENIN’NY NAMANA
Sangan’asan’It. Hery RASOLO

- 14.12.2005, TANKAFATRA – MADAGASCAR AUTHENTIQUE

- 22.02.2007, RAKETA MENA (Cactus rouge).

Samy nahazo loka teo amin’ny sehatra iraisam-pirenena ireo vokatr’asany ireo (Cannes sy Rome hoa an’iry voalohany, Cozès (France) ho an’ity faharoa sns.).

Marihiko kely fanampiny – sao hadino – fa fony Itompokolahy mpiavy tao France dia nanatontosa sy namoaka ny gazety taratasy (karazana « samizdat » ) GISA AVO VAVA izy tamin’ny fotoan-tsarotra faramparan’ny 80s-fiandohandohan’ny 90s : fahasahiana sy fahatsilovana lehibe ireny !

Maneho ny fiarahako ory amin’ny fianakaviana aho ! – JC Rabeherifara, 24.09.2008

 

TEMOIGNAGE D’UN AMI
L’Ami Hery Rasolo, talentueux réalisateur malgache de films documentaires, nous a quitté.

Avec son accord à chaque fois, j’ai fait connaître sur les forums où je participe, les sorties de ses oeuvres. Pus tard, celles-ci ont été primées dans différents festivals à travers le monde (Cannes, Rome, Cozès etc.).

Mais je voudrais aussi que ne soit pas oublié que, quand il était étudiant en France, il publiait – dans les années 1980-1990 – un genre de « samizdat » titré GISA AVO VAVA (traduction libre : « L’Oie qui gueule »), courageux et d’une remarquable lucudité d’analyse !

Mes condoléances attristées et solidaires à la famille du défunt ! -  JC Rabeherifara, 24.09.2008

Lanaudière... moutons, caro... |
DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Faut-il considérer internet...
| Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013