navigation

SOLON’ANARANA – PSEUDO(NYME) 31 mars, 2010

Posté par rahelys dans : A lire,A méditer,Coup de coeur,Culture,Développement,Droits homme,handicap,Identité malgache,mode de vie,Mondialisation,Net et dangers,Protection de Madagascar,Santé publique,Solidarité,Souveraineté nationale malgache,vie quotidienne , ajouter un commentaire

Mitondra solon’anarana :
Vao sahy mampita teny,
Teny ratsy mibahana,
Teny ratsy manjaka.
Teny ratsy tompoina.

Teny feno ompa,
Teny tsy manaja,
Sahy miantsa ady,
Mitaona amin’ny ratsy.

Mitondra solon’anarana  :
Tsy misy lehibe,
Tsy misy kely,
Tsy misy Hasina,
Tsy misy Haja,
Tsy misy Fefy !

Mitondra solon’anarana :
Kabosy nahazo toky,
Kabosy toa mahery fo,
Kabosy toa misaina,
Kabosy toa mamiratra,
Kabosy toa filamatra,
Kabosy toa zavatra,
Kabosy toa hanitra,
Kabosy toa fanilo,
Kabosy toa hiasa…

O ry Malagasy,
Aiza ny hajanao ?
Aiza ny hasina
Maha-olona anao ?
Solon’anarana ve ?
Dia sahy sehatra ianao ?
Solon’anarana ve ?
Dia sahy mihoa-pefy ?
Solon’anarana ve ?
Dia mba « olona » ?

Miheritrereta !
Ny olona : «manaja,
Mitady ny soa,
Miala amin’ny ady,
Mandositra ny ratsy,
Mitady fitiavana,
Mitady mitia namana.»

Ampy ny haratsiana
Hilomanosantsika,
Tadiavo ny teny mamy,
Tsy mihatsara ivelantsihy.

Tadiavo ny teny madio
Vokatry ny fo madio,
Vokatry ny saina madio,
Tsy misy raorao,
Alaviro ny tabataba,
Alaviro ny fo ratsy.

Fanariam-pako ve ny fonao ?
Fanariam-pako ve ny sainao ?
Fanariam-pako ve ny vavanao ?
Fanariam-pako ve ny taninao ?
Fanariam-pako ve ny aminao rehetra ?
Aza manao kabosy misalobon-tsolon’anarana.

Olga HELISOA, RAMANATANTARA, Parisy, 30, 03,2010

Image de prévisualisation YouTube

L’EAU à Madagascar ou L’IMPUISSANCE d’un peuple à accéder à son émancipation ! 10 février, 2010

Posté par rahelys dans : A méditer,Colonisation,dailymotion vidéo,Développement,Droits civiques,Droits homme,handicap,Identité malgache,Mondialisation,Patrimoine de Madagascar,Protection de Madagascar,Protection famille,Solidarité,Souveraineté nationale malgache,vie quotidienne , ajouter un commentaire

Dans le monde, on lutte pour préserver ce qu’il y a de plus précieux pour la vie, pour la survie d’un peuple, d’une économie, d’une civilisation : Préserver l’eau !

L’EAU: dans le monde,  c’est la marque d’un niveau de vie élevé !

Qu’en est-il à Madagascar ?
A Madagascar, on « vend l’eau à l’étranger » malgré le manque chronique d’eau dans le pays, spécialement dans le sud, où les Malgaches souffrent cruellement du Kéré.

A Madagascar, on met en valeur les boissons sucrées dangereuses pour la santé publique.

A Madagascar, à chaque coin de rue, de route, de ville, de village, on laisse proliférer les petites épiceries bars = les fameux « épi-bars » où hommes, femmes, enfants se noient dans l’alcool .

C’est à croire que la grande île est coupée totalement des événements mondiaux mais… dans un contexte mondialisé (globalisé) avec l’évolution de la communication actuelle (internet, téléphone portale),  il n’y a aucune excuse…

http://www.dailymotion.com/video/xatqo8

Ces constats brefs mais « synthétiques » nous poussent à nous poser des questions fondamentales:

- Le problème de l’eau montre du doigt le statut et la place du peuple malgache au sein de la planète terre. En effet, jusqu’à nos jours, au sein de l’Histoire LE PEUPLE MALGACHE EST TOUJOURS MIS A L’ECART DU PROFIT et surtout DE LA GESTION DE SON PATRIMOINE.

Mais au fait, dans ces conditions, Existe-t-il « un peuple malgache émancipé ? »

Existe-t-il « un patrimoine pour le peuple malgache » ?

En bref, Existe-t-il « un peuple malgache souverain qui possède, gère, maîtrise sa vie socio-sanitaire, sa vie économique… « ?

Au risque d’être taxé de pratiquer un raisonnement simpliste par certains…
Il nous est impossible de ne pas relever ces quelques précisions pour nous inciter à la méditation.

En effet, quand on sait que les Malgaches figurent parmi les peuples les plus bricoleurs (ingénieux), les plus méticuleux, les plus patients au monde … On a la désagréable surprise de constater que les Malgaches figurent actuellement parmi les peuples les plus « pauvres » au monde … sur un sous-sol richissime !

CONCLUSION

A qui profite laisser-aller et laxisme généralisés et leurs conséquences néfastes qui rongent la grande île ?

O peuple malgache, à quand t’arrêteras-tu d’errer dans le désert de la survie pour te dresser en Homme responsable et te munir enfin de tes atouts  » te munir de la force de ta diversité » pour construire un monde responsable ! -  Olga HELISOA, Paris, 10/02/2010

Les LETTRES DES AMIS DE MARANA – MADAGASCAR 28 janvier, 2009

Posté par rahelys dans : A lire,Développement,Evénements HELI'S MADAGASCAR,handicap,Hommages,Santé - Recherches,Santé publique,Solidarité , ajouter un commentaire

Ce siteweb est dédié aux malades et aux missionnaires de MARANA , LEPROSERIE localisée dans la région de Fianarantsoa, au sud des hautes terres malgaches. Il est est conçu dans le but de faire connaître le courage des malades et le travail de ceux qui consacrent leur vie aux autres !

Ce site web fait partie des intruments de HELI’S MADAGASCAR E-ENSEIGNEMENT.

Son URL http://www.freewebs.com/marana
 D’ailleurs, il faisait partie intégrante du siteweb de HELI’S MADAGASCAR qui existait depuis 2002. Suite à une refonte de ce dernier, nous avons jugé qu’il est temps et plus judicieux d’en faire actuellement un siteweb à part entière. 

 L’essentiel des données recueillies ici est tiré des « LETTRES DES AMIS DE MARANA » dont nous faisons partie.

http://www.dailymotion.com/video/ktITsucZFax8g9rDpN

27 septembre 2008: Madagasikara, Andro eran-tany ho an’ny Marenina (NAIVO MARENINA) – XVe Journée mondiale des sourds (Suite) 27 septembre, 2008

Posté par rahelys dans : A lire,Coup de coeur,Decouverte,Enfance - Jeunesse,Evénements HELI'S MADAGASCAR,handicap,Journée Internationale,Solidarité , ajouter un commentaire

Mitaky zo hampiasa ny fomba seraseran’ny marenina sy môna amin’ny tànana – Hampiroborobo izany fomba izany eran’ny nosy

 

NAIVO MARENINA
Mpanoratra : RAKOTONDRAJAO Teodimanana, talen’ny akany fanabeazana ny marenina

VOTOATINY
: Fanabeazana ny marenina sy ny tombontsoa azony amin’izany.

HITA AO ANATY BOKY :
- Manjo ny tokantrano manan-janaka marenina
- Fiainan’ny zaza marenina tsy mbola mianatra
- Soa azo amin’ny fianarana any amin’ny sekoly voatokana marenina
- Fomba fiasan’ny marenina
- Mahatonga ny Faharenenana
- Tokantranon’ny marenina
- Marenina ao anaty fiaraha-monina

FANAFARANA ny boky: Ankany Marenina 67 HA (Afovoany) 101 ANTANANARIVO – MADAGASCAR
Ed : 1988 – Prix : 1500 fmg (ankehitriny Ariary ?)

 

Clip d’une chanson co-écrite par

des jeunes du CROP (Centre de Ressource de l’Ouïe et de la Parole) et des animateurs de l’association Pacte de la ville de Caen
http://www.dailymotion.com/video/k3lQJqF77x4ylkgWe5

Pour le droit à la langue des signes LS , la valoriser

LIVRE MALGACHE SUR LA SURDITE

« NAIVO MARENINA »

« Naivo marenina » ou  » Naivo le sourd  » écrit par RAKOTONDRAJAO Teodimanana, directeur du centre d’éducation pour enfants sourds

Un livre, en langue malgache, dont

le sujet est la SURDITE, la VIE DES SOURDS, surtout des enfants :

Comment attrape-t-on la surdité ?

- La vie d’un foyer ayant un enfant sourd

- Un foyer de couple sourds

- Le centre d’éducation pour enfants sourds

- Le sourd dans la vie avec les entendants…

 

Commande Ankany Marenina 67 HA (Afovoany) 101 Aantananarivo – MADAGASCAR

Ed : 1988 – Prix : 1500 fmg (maintenant en Ariary ?)

SOURDS : Semaine internationale en septembre et XVe Journée mondiale le 27septembre 2008 26 septembre, 2008

Posté par rahelys dans : Culture,handicap,Journée Internationale,Mada au quotidien,Signification - Dikan'ny teny,Solidarité , ajouter un commentaire

DERNIERE SEMAINE DE SEPTEMBRE:  Semaine internationale des Sourds

POUR LA VALORISATION ET LE DROIT A LA LANGUE DES SIGNES

27 septembre 2008 -  XVe  JOURNEE MONDIALE DES SOURDS

 

http://www.dailymotion.com/video/k7HDZtILhYJkgvLX8V

MADAGASCAR – LANGUE DES SIGNES :

Un interprète pour 9 400 sourds
MADAGASCAR : SITUATION ACTUELLE
Il n’y a que 18 interprètes de la langue des signes à Madagascar. Alors que le nombre de personnes atteintes de la surdité est estimé à 170 000. D’un simple calcul, un interprète pour 9 400 sourds.

TEMOIGNAGE
Haingo Clara Rakotomalala raconte sa vie professionnelle

« Je ne suis pas devenue interprète de la langue de signes par hasard. Mes frères aînés sont sourds. De ce fait, je me suis décidée à les aider.

En 2005, je me suis inscrite à la Fédération des personnes sourdes pour apprendre la langue des signes utilisés par les sourds. En 2006, j’ai continué mes études sur cette langue à l’Estiim (Engineering School of Tourism, Informatics, Interpretership and Management) aux 67 ha. Un an après, j’ai pu assurer l’interprétariat ».

 

PASSION                                                                                                                       Vendredi denier, on l’a vue à l’Espace d’Handicap à Ambohijatovo en train de communiquer avec un jeune homme assis sur une chaise.

Haingo se met debout et ne dit aucun mot. On remarque seulement sa bouche qui est, tantôt ouverte et tantôt fermée. Elle a fait surtout des gestes avec ses mains. A force de suivre ses mouvements, on comprend que l’homme avec qui Haingo discute est atteint de surdité.

Quelquefois, cette jeune interprète fait face à des difficultés dans son métier.

« Parfois, les gens parlent très vite. Je ne parviens pas à les suivre. Il faut du temps assez large pour traduire la parole qui est prononcée en un temps très court »

Selon Haingo, les Malagasy ont leur propre langue de signes  « Elle est différente de celle qui est utilisée par d’autres pays. Je veux dire que ce n’est pas universel. Lorsque les débats sont en français ou en d’autres langues, je les traduis d‘abord mentalement en langue malagasy. Après, je les transcris en langue de signes malagasy ».

Comme tous les métiers, celui d’interprète demande aussi de la passion. D’ailleurs, il n’est pas très rémunérateur. Peut-être, c’est une des raisons pour lesquelles les jeunes sont peu intéressés. -  Herimanda R., 05.05.2008 , Madagascar Tribune

SIGNES – Sourd-Entendant Échange en français et en LSF vidéos, forum, blog, tout gratuit

Hebergeur d'images
MADAGASCAR: DICTIONNAIRE DE LANGUE DES SIGNES (POUR 2007)

Malgré leur handicap, les sourds sont à même de participer pleinement à la vie en communauté. Mais, parallèlement, afin de briser le mur communicationnel qui les sépare du reste du monde, il faut « sensibiliser la population à la reconnaissance de la culture sourde et la langue des signes ». Pour ce faire, une Journée mondiale de la surdité a été instituée depuis 1958 par la Fédération mondiale des sourds (World federation of deaf) et elle a lieu chaque dernier dimanche du mois de septembre.

Pour mieux développer cette approche « communication », l’élaboration d’un dictionnaire malgache du langage des signes a été entreprise depuis l’année 2005.
L’ouvrage est prévu sortir dans quelques mois, plus précisément en 2007. Mais le principal organisme malgache, en l’occurrence la Fmm (Fédéra-tion malgache des sourds), sis aux 67 Ha et s’occupant des sourds, n’en est pas resté là. En collaboration avec la Fédération de Norvège (Ndf), elle a initié plusieurs autres actions dont la formation d’interprètes (20 au total, dont 14 ont continué cette année) du langage des sourds dans les différents dialectes régionaux de l’île depuis août 2005. Celle-ci prendra fin en août 2007. 170 000 sourds.
La Fmm a également effectué plusieurs déplacements auprès des personnes souffrant de surdité dans tout le pays pour des séances d’informations sur leurs droits et de sensibilisation pour le respect de ces droits. D’après une enquête menée en collaboration avec l’Oms, elles sont actuellement au nombre de 170 000. Malheureusement, un funeste constat s’impose : le taux de scolarisation des sourds reste excessivement bas car, depuis 1950, ils sont seulement 1 500 à avoir fréquenté les bancs de l’école. Le fait est en effet que les établissements spécialisés sont tout aussi peu nombreux.
Seules Antananarivo, Antsirabe, Toamasina, Morondava, Fianarantsoa, ainsi que Mahajanga en disposent, et les 80 enfants sourds de la Cisco de Vangaindrano et les 20 autres de Nosy Be sombrent malgré eux dans la déperdition scolaire. Des actions sont à entreprendre à ce niveau, mais, d’ores et déjà, gageons que la publication du dictionnaire du langage des signes facilitera un tant soit peu la prise en charge de leur éducation, malgré l’insuffisance flagrante du nombre d’écoles spécialisées, et en attendant que d’éventuelles nouvelles structures voient le jour. – Mana R., Le Quotidien du 25-09-06

Lanaudière... moutons, caro... |
DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Faut-il considérer internet...
| Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013