navigation

10 MAI JOURNEE ABOLITION DE L’ESCLAVAGE – FREE YOUR MIND – LIBERE TON ESPRIT – AOKA ISIKA HIALA AMIN’NY ZIOGAN’NY FITIAVANTENA 10 mai, 2009

Posté par rahelys dans : A méditer,Développement,Droits civiques,Droits homme,Histoire - Commémorations,Hommages,Protection de Madagascar,Souveraineté nationale malgache,vie quotidienne , ajouter un commentaire

HO ANTSIKA MALAGASY ERAN-TANY,

Samy manana ny maha-izy azy avy isika koa aoka izany hatao fitaovana hananganana sy hery hiasana, handraisana andraikitra hampiroborobo an’i Madagasikara  tanindrazana sy hamelomana ny mpiray ra amintsika ho toin’ny olona iray tsy misara-bazana isika ka hifandrimbona sy hiadana hatrany ny Malagasy. - Olga HELISOA, 10 mai 2009

AMOUR ET TOLERANCE : MYRIAM MAKEBA

http://www.dailymotion.com/video/x54edi

THESE DE DOCTORAT en HISTOIRE et CIVILISATIONS 4 mars, 2009

Posté par rahelys dans : A lire,Culture,Histoire - Commémorations,Identité malgache,Recherches,Souveraineté nationale malgache , ajouter un commentaire

soutenue le 10 février 2009 à Paris à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) par

madame Nelly Ranaivo Rabetokotany

Hostingpics

« Contribution à l’étude de l’enseignement du passé national dans les écoles de la république : l’exemple malgache de 1960 à nos jours, historiographie, histoire nationale histoire scolaire«  est le titre de la thèse menée sous la direction de Elikia M’Bokolo Directeur d’Etudes à l’EHESS.

Elle est accompagnée de deux volumes d’annexes comprenant des textes officiels sur l’enseignement à Madagascar de 1960 à 2004, des recueils de témoignages et d’un corpus de quarante neuf manuels scolaires d’histoire, de géographie et d’instruction civique de Madagascar.
Le Jury de thèse, présidé par Pierre Kipré Professeur à l’Ecole Normale Supérieure d’Abidjan (Côte d’Ivoire), a été composé de Claude Allibert Professeur à l’INALCO, Lala Rarivomanantsoa Professeur à l’Université d’Antananarivo (Madagascar),  Elikia M’Bokolo Directeur d’Etudes à l’EHESS et de Catarina Madeira-Santos Maître de Conférences à l’EHESS, membres.

Lors de la présentation de ses travaux de recherche, menés depuis une quinzaine d’années, Nelly R. Rabetokotany a argumenté sur l’évolution synchronique de la fabrication de l’histoire,  la production des sources de l’histoire et  la transmission de l’histoire en milieu scolaire pré-universitaire.                                                                                                                                                                         La thèse a tenté de « décrypter » le processus de construction du contenu et de la matière des manuels scolaires d’histoire et de géographie en usage dans les écoles publiques malgaches depuis l’indépendance en se fondant sur l’évolution des régimes constitutionnels malgaches depuis 1960.

Elle constitue :

- Un état de l’historiographie contemporaine de Madagascar

- Une revue détaillée du cadre d’élaboration de l’histoire et de la géographie scolaires

Ces travaux de recherche ont permis de mettre :
- en lumière les caractères multi-temporels de l’Histoire malgache depuis 1960.
- en avant une démarche analytique où la réalité de l’histoire scolaire s’appuie sur l’argumentation historiographique prise comme le levain et sur l’histoire nationale déterminée comme la matrice.

Cet état des lieux contribue à la description de l’histoire scolaire malgache engagée par d’autres chercheurs.

Les travaux de Nelly Ranaivo Rabetokotany contribuent au traitement pédagogique de l’histoire nationale des régions et sous-régions du continent africain (un sujet soulevé par les grands auteurs de l’Histoire Générale de l’Afrique – Unesco).

La conclusion porte sur la poursuite d’un travail sérieux de production de manuels scolaires d’histoire à mettre au service du grand public des élèves du continent africain, la Grande Ile comprise, pour satisfaire un besoin urgent de ressourcement historique et non fantasmagorique.

La mention Très Honorable avec félicitations du Jury à l’unanimité, avec proposition de publication a été décernée aux travaux de recherche de Nelly R. Rabetokotany.

CARNAGE DU SAMEDI 7.02.09 ANTANANARIVO – Témoignage 11 février, 2009

Posté par rahelys dans : A visiter,Coup de coeur,Histoire - Commémorations,Hommages,Solidarité,Souveraineté nationale malgache , ajouter un commentaire

WHEN THE POWER OF LOVE OVERCOMES THE LOVE OF POWER, THEN THERE WILL BE PEACE IN …MADAGASCAR

If the idea of « an eye for an eye » prevails the world will be blindMahatma Gandhi

http://www.dailymotion.com/video/x8bb3w
Le Dr Jacquot, qui était dans la manifestation, témoigne:

« Les tirs ont commencé sans sommation, à balles réelles…Les manifestants sur lesqules ont tiré les gardes étaient tout près, à 10 mètres… Ce sont des mercenaires qui ont tiré, pas des Malgaches  » – Radio France Internationale

Info: http://www.radiofranceinternationale.fr/actufr/articles/110/article_78141.asp

ANNONCE – SOUTENANCE THESE : Enseignement histoire à Madagascar 9 février, 2009

Posté par rahelys dans : Colonisation,Culture,Développement,Enfance - Jeunesse,Histoire - Commémorations,Identité malgache,Souveraineté nationale malgache , ajouter un commentaire

de NELLY RANAIVO RABETOKOTANY 

Sujet : CONTRIBUTION A L’ETUDE DE L’ENSEIGNEMENT DU PASSE NATIONAL DANS LES ECOLES DE LA REPUBLIQUE : l’exemple malgache de 1960 à nos jours – historiographie, histoire nationale, histoire scolaire

Mardi 10 février 2009 – 14h00

Lieu : ECOLES DES HAUTES ETUDES AFRICAINES
(fond cour) Centre d’Etudes Africaines – 2ème étage
96 Boulevard Raspail 75006 Paris

14 OKTOBRA 2008 – 1958…50 TAONA IZAY !… NY REPOBLIKA MALAGASY VOALOHANY – IL Y A 50 ANS…La 1E REPUBLIQUE MALGACHE ! 15 octobre, 2008

Posté par rahelys dans : A lire,Anniversaire,Colonisation,Evénements HELI'S MADAGASCAR,Histoire - Commémorations,Identité malgache , ajouter un commentaire

MANAMARIKA NY TANTARAM-PIRENENA

Hebergeur d'images

Ao anatin’ny Repoblika fahatelo moa isika izao.

Tsara tokoa ny manamarika ny tantara ho an’ny taranaka. Mampalahelo fa toa tsy nisy fanamarihana azy ity any an-tanindrazana amin’ny fomba ofisialy.

Ny tenan’ny mpanoratra dia mbola tsy teraka raha teraka ity Repoblika voalohany ity, nefa tsy afaka ilaza fa tsy raharahiko izany satria izaho mbola tsy teraka tamin’izany. Iombonantsika Malagasy anefa ny tantara, ka tandremo mandraraka ilo mby an-doha. Misy lafiny ratsy sy lafiny tsara foana izany.

 

INONA IZANY « REPOBLIKA »  IZANY ? 

Tsotra kely ny valinteniko : Fitondrana mampitovy ny zo aman-kasin’ny tsirairay, mitsinjo ny soa iombonana (res publica) ary tsy ifandovana ny fifandimbiasam-pitondrana.

Tsy misy eo ambonin’ny lalàna. Avy tany amin’ny fanjakan’Andriamanjaka isan-karazany isika dia niditra tao amin’ny fanjanahantany ary niroso niditra ato amin’ny Repoblika.

Filohan’ny Repoblika efatra, Repoblika telo : Philbert Tsiranana, Didier Ratsiraka, Albert Zafy ary Marc Ravalomanana.

Ny mba ifampizarako fohy dia fohy amintsika dia tsiahy ho an’ireto taranaka ny tantara fohy nahaterahan’izany Repoblika izany.

Fintina e.Tsy an’ny PSD akory ny Repoblika Voalohany, na an’ny AREMA ny Repoblika Faharoa na an’ny UNDD na TIM ny Repoblika Fahatelo fa an’i Madagasikara. Tantara mipetraka. Izany no tokony ho izy amin’ny fanabeazana amin’ny maha- olom-pirenena. Ny mpitondra mandalo ihany fa i Madagasikara mietra sy ny vahoaka ao aminy.

TAORIAN’NY TOLONA TAONA1947 – TOE-TSAINA FENO HOROHORO
Nisy ny herisetra, aina maro nahafoy. Tokana no tanjona : Madagasikara Mahaleotena, fanafoanana ny fanjanahantany, ilay « loi d’annexion de 1896« . Ny hevitra no tsy mitovy amin’ny fitakiana izany.

Ao ireo mitaky ny fahaleovantena mangarahara ary haingana (toy ny MDRM…), ary ireo mitady fizakantena miaraka amin’ny LaFrantsa amin’ny fomba miadana mankany amin’ny fahaleovantena (toy ny PADESM…), ary ao ireo mitady fiarahana hatrany amin’ny Frantsa karazana federalista (Toy ny RFM na Regroupement Fédéral de Madagascar teraka ny taona 1955….) …

Diso fanantenana ireo olon-janantany taorian’ny ady lehibe voalohany satria lasa resabe ilay fampanantenana nataon’i Jeneraly De Gaulle tao Brazzaville nampanantena rivo -baovao eo amin’ny Frantsa sy ny zanataniny. Teo koa ny Dinan’ny San Francisco, loharanon’ny ONU izay mitaky ny fizakan-tenan’ny vahoaka (autodetermination du peuple), izay malaza tsy ihinanana toa vilian-tsahona.

REPOBLKA FAHA-4
Teto Frantsa dia nanangana ny Firaisambe Frantsay fa tsy nampiova ny fiainan-janantany.
Feno ady lahy politika fotsiny teto Frantsa.
Ny ady tany Vietnam ka niafara tamin’ny faharesen’ny Frantsay tao Dien Bien Phu ny volana mai 1954, sy tany Algérie ka niafara ny fiantsoana ny Jeneraly De Gaulle ho Président du Conseil volana  mai 1958 no azo lazaina fa nanafaingana ny raharaha politika taty Frantsa ka nampiova ny fifandraisan’ny Frantsa sy ny zanatany, niala aina ny Firaisambe Frantsay.
Teto Madagasikara koa nampisy fanantenana ho an’ny malagasy indray ny taratasy navoakan’ny Evekan’ny Madagasikara ny taona 1953 izay manohana ny fitakiana ny fahaleovantena ho an’ny Madagasikara.
François Mitterrand koa moa fony izy ministry ny tany Ampitan-dranomasina  ka nandalo taty Madagasikara ny volana janoary 1951 dia nikabary be tsy manome fanantenana fa betsaka ronono an-tavy no nataony tao amin’ny Assemblée Représentative izay nisy tamin’izany fotoana izany. Nisy koa ny Asemblées Pronviciales.

FITONDRANA SOSIALISTA – FEBROARY 1956
« Front Républicain »  nanao ilay Lalàna lasitra « Loi-cadre » izay Gaston Defferre no ministry ny tany Ampitan-dranomasina tamin’izany. Lany tao amin’ny Assemblée Nationale io Lalàn io ny  23 janoary 1956.
Nitondra fiovana teo amin’ny fiainam-politika taty amin’ny zanatany io satria nanamafy ny lalàna momba ny communes lany ny 18 novambra 1955 momba ny suffrage universel (fandatsahambato mivantana ataon’ny vahoaka) sy ny collège unique izany hoe : tsy misaraka intsony ny vazaha sy ny Malagasy dia nampiarina tany amin’ny fifidianana rehetra ( Assmblées locales).
Ny décret fampiharana io Lalàna io dia nivoaka ny volana febroary sy marsa 1957. Teraka ny Conseil Provincial ka nanana fahefana betsaka ny filohany. Ny Haut-Commissaire no mitondra ny Conseil du Gouvernement fa nihena ny fahefany.


MAI 1957 ASSEMBLEE REPRESENTATIVE

Nijoro ny governemanta voalohany tarihan’ny Haut-Commissaire izay André Soucadaux, ary Philibert Tsiranana no Lefitra, ry André Resampa no ministry ny Fanabeazana  sy ny Tanora ary Alfred Ramangasoavina no ministry ny vola sns…
PROVINCE DIEGO-SUAREZ teraka ka lasa 6 ny isan’ny Provinces eto Madagasikara.

Lasa fianaran-draharaha ny rafitra najoron’ity Lalàna ity, nanomana ireo mpanao politika malagasy izay vonona handray fahefana.
Tahak’izany ny fifidianana izay ho ben’ny tanàna tamin’ny 18 novambra 1956. Teto dia efa mba nanomana olona ihany ny Frantsay tamin’ny alalan’ny Antoko PSD ( teraka volana desambra 1956), izay nanao ny Kongresiny voalohany tao Mahajanga ny volana aogositra 1957, ary teraka ny gazetin’ny PSD La République (1957 -1972), Ny Ady Tsara (1957 – 1958) sns….
Ny mpanohitra ny Loi-Cadre kosa moa dia nanao ny Kongresiny tao Taomasina ny 2-3-4 mai 1958), mitaky ny ampijoroana ny République malgache unitaire et démocratique .
Teraka tamin’izany ny AKFM. I DE Gaulle moa rehefa tafaverina teo amin’ny fitondrana dia nampanao fitsapan-kevi-bahoaka hananganana ny Repoblika Frantsay fahadimy. Nampandeha haingana ny raharaha politika io satria nampanantena fiovana lehibe i De Gaulle raha mandresy ny « eny ».

FITSAPAN-KEVI-BAHOAKA 28 septambra 1958
Manenara Frantsa sy ny Firaisam-be Frantsay. Nandresy ny « eny », torak’izany koa teto Madagasikara (83%).

Voaresaka sahady moa ny hala-bato ho an’ny resy ary fifidianana malalaka ho an’ny mpandresy !!!! Rakotonirina Stanislas ben’ny tanàna malagasy voalohany tao Antananarivo moa nampanao « tsia » dia voahilika tao amin’ny Assemblée Constituante ary nosoloana an’i Gabriel Razafintsalama talen’ny gazety « Fandrosoam-baovao nampanao « eny ».

Satria moa ny Jeneraly De gaulle dia nampanantena fa hiova ny fifandraisan’ny Frantsa sy ny zanatany amin’ny alalan’ny Communauté.

Teraka ny 14 oktobra 1958 ny REPOBLIKA MALAGASY VOALOHANY

FANONTANIANA
Misy heviny ho an’ny Malagasy ve izany Repoblika izany eo amin’ny fiainany ?
Fantany ve ny soatoavina repoblikana ?

ELIASY Liva, mpandalina tantara, mpampianatra tantara kilasy madinika tany Madagasikara

 

*****

 

MAFY NY MANJO NY FIRENENA MALAGASY
Koa mino sy matoky izahay fa FANTANY NY ATAO HOE « soatoavina repoblikana »
ary raha sanatria aza « tsy fantany » izany dia HADISOAN’IZA ?

Misy mihevitra fa mora ny mitondra Firenena ampahantrana sy aletika anaty ny haizin’ny habadoana…Kanefa NIHOATRA IZANY NY FIRENENA MALAGASY koa tsy nanaiky ary tsy manaiky ny hiletika anaty ady an-trano, fankahalana fa miady amin’ny tsy fahampiana amin’ny fomba maro !

http://www.dailymotion.com/video/keMz4pbwXtr9eIgGqD

HATR’AIZA, RY GASIKARAKO ?

MIDERA ANAO AHO RY TANINDRAZAKO !
MIDERA ANAO AHO RY FIRENENA MALAGASY
AMIN’NY FAHENDRENAO sy ny FAHARETANAO
HATR’AIZA ?
HATR’AIZA NO HITONDRANA NY ZIOGANAO ?

HATR’AIZA IANAO VAO HAJAINA
AMIN’NY MAHA-OLO MANAN-KASINA
SARO-BIDY sy MENDRIKA ANAO ?
HATR’AIZA ?
RAMANATANTARA, Paris, 15.10.2008

 

RAKOTO FRAH 02.10.2008 – 02.10.2001 – HOMMAGES 4 octobre, 2008

Posté par rahelys dans : A visiter,Art - Zava-Kanto,Culture,Evénements HELI'S MADAGASCAR,Histoire - Commémorations,Hommages,Identité malgache , ajouter un commentaire

Hebergeur d'images

Photo RTA, Madagascar

O RAKOTO O

http://www.dailymotion.com/video/k4wgALi7cYvysTiRFN

7 TAONA LASANA… NANDAO ANTSIKA RAKOTO FRAH
MPITSOKA SODINA MALAZA NIGAGANA !

RAKOTO FRAH  2 octobre 2001 – 1923   TOHINY
*****
7 ANS DEJA… RAKOTO FARAH – LE GRAND MAITRE DE  « SODINA » (FLUTE MALGACHE) EST MORT SUITE

Asaramanitra 2008 ! Meilleurs Voeux pour Madagascar 27 juin, 2008

Posté par rahelys dans : Anniversaire,Développement,Evénements HELI'S MADAGASCAR,Fêtes,Histoire - Commémorations,Identité malgache , ajouter un commentaire

26.06.1960 – 2008 : MADAGASIKARA MAHALEOTENA

MADAGASCAR INDEPENDANCE


Arahaba e ! Asaramanitra e !

« Asara » fotoana eo amin’ny taona izay vokatra tokoa koa mamelombelona ireo fofona avy amin’ny voankazo sy zava-maniry maro !

Fanambinana sy soa tokoa izany fanomezana avy amin’ny voahary izany koa miara mifaly sy mioby isika midera Ilay Mpahary izay manome antsika tombon’andro afahantsika miaina izao vanin’andro lehibe eo amin’ny fiainam-pirenena izao.

 

Miarahaba e ! Mirary soa an’i Madagasikara Tanindrazana malala !
Manantena antsika HIVAVAKA ho an’i Madagasikara, ho an’ireo mpitondra manampahefana rehetra ao, ho an’ny Malagasy eran-tany! Hifampivavaka anie isika mba hifankatia, hifanaja, hifanampy, hifampitsinjo ka ho tany sambatra i Madagasikara !

 

http://www.dailymotion.com/video/x2bky0

 

Zanahary O tahio «O Créateur, protégez Madagascar, notre Patrie bien aimée»

 

En ce jour de commémoration de l’indépendance de Madagascar, nous sommes honorés de présenter nos meilleurs voeux à la grande île, notre chère patrie: Madagascar.

 

Que tout ce que le pays a vécu jusqu’à maintenant constitue un chemin d’apprentissage pour bâtir un avenir meilleur et durable !

FETIN’NY RAY – 2008 – FETE DES PERES 15 juin, 2008

Posté par rahelys dans : Enfance - Jeunesse,Evénements HELI'S MADAGASCAR,Fêtes,Histoire - Commémorations,Hommages,mode de vie,Papa,Protection famille,vie quotidienne , ajouter un commentaire

MON PAPA 

Ma force,

Mon exemple,

Les exercices de maths,

La grosse voix quand je fais des bêtises,

Les cadeaux aussi…

L’argent de poche !

Bonne fête à tous les papas.

RAMANATANTARA, Paris, 15.06.08

IMAGE PATERNELLE

Autorité, sécurité, fierté

Outre la vie ,

L’amour , le dévouement Merci pap !

RAMANATANTARA, Paris, 15.06.08

 

 

http://www.dailymotion.com/video/x1luxi

 

MIARAHABA ANAREO LEHILAHY,

na niteraka na tsy niteraka,

TRATRY NY FETIN’NY RAY

TAONA 2008 !

 

Maro ireo fiantsoana anao Ray : pap, dada, dad, daddy…

Fa ny FITIAVAN’NY ZANAKA dia mitoetra toy ny FITIAVAN’NY RAY

NY ZANANY !

Rahefa mibadabada hoe « DADA, PAPA »… izy dia ireto no mibosesika ao an-tsainy :

Fiarovana, fanitsina ny meloka rehetra atao sy mety hatao, tambitamby sy bedy koa rahefa maditra, famelomana amin’ny fomba maro samy hafa…Dada amin’ny teny iray dia midika hoe «  FITIVANA  » ankoatry ny AINA izay nomeny !RAMANATANTARA, Paris, 15.06.08

Esclavage moderne ! Esclave ! Esclavage ! 15 mai, 2008

Posté par rahelys dans : Culture,Histoire - Commémorations,Solidarité , 1 commentaire

http://www.dailymotion.com/video/x59l33

 

In «  Parler de l’Esclavage aux enfants  »  par Marthe Dayas Eyoum, Grioo, 13/05/08

 

http://pourelle.grioo.com/ar,parler_de_l_esclavage_aux_enfants,1114.html  

1 – L’ESCLAVAGE MODERNE


Le 10 mai dernier c’était la commémoration des 160 ans de l’abolition de l’esclavage. Mais hélas, cela ne veut pas dire qu’il n’y a plus d’esclavage dans le monde. Des millions d’enfants (et des millions d’adultes) continuent d’être exploités.

- En Afrique, en Asie, en Amérique Centrale. Pour rembourser une dette, ou pour survivre, leurs parents les ont vendus. Ces enfants travaillent comme domestiques, dans les mines ou dans les champs.

- En Haïti, (Première république Noire grâce à Toussaint Louverture ayant libéré son peuple de l’esclavage), des enfants sont employés dans les champs de canne à sucre. - Au Soudan, où une guerre oppose le Nord et le Sud du pays, les villageois, faits prisonniers, deviennent esclaves. Ils travaillent aux champs, gardent le bétail. Les jeunes filles sont employées de maison…

- En France, des personnes en situation de précarité, travaillent comme domestiques, privées de visites, de sorties, de papiers d’identité, de dignité…
C’est de l’esclavage moderne !


2 – RAPPEL

LES ESCLAVES N’ETAIENT PAS TOUJOURS DES NOIRS !

L’esclavage pratique fréquente chez de nombreux peuples

Les Égyptiens, les Grecs et les Romains faisaient de leurs prisonniers de guerre leurs esclaves. Ceux qui ne pouvaient pas payer leurs dettes devenaient esclaves, ainsi que les peuples barbares qui ne parlaient pas  » leur langue « . D’ailleurs, chez les Romains, c’est le même mot qui désignait à la fois l’esclave et l’étranger.

Il travaillait la terre dans les immenses propriétés nécessitant beaucoup de main-d’œuvre.
Au 2e siècle, à Rome, il y avait 20 000 citoyens libres pour 400 000 esclaves. Ces Esclaves là étaient blancs.
Esclaves blancs, également en Afrique occidentale à l’époque de la puissance des trois grands empires africains : Ghana, Mali et Songhay. (Lire Quand Les Noirs avaient Des Esclaves Blancs de Serge Bilé)


2.1. Origine: « esclavage, esclave »

 « Esclavage  » est apparu il y a fort longtemps, à une époque où à Venise, les esclaves étaient pour la plupart des Slaves des Balkans, d’une région devenue la « Slavonie ».  D’où l’origine du mot esclave qui vient du latin médiéval sclavus, venant de slavus, slave.  

2.2. Définition
L’esclave est une personne se trouve sous la dépendance absolue d’une autre personne appelée maître.  L’esclave est considéré comme la propriété de son maître. Un esclave est un bien matériel, une chose. C’est ainsi qu’il peut être acheté, loué ou vendu.

Traité moins bien qu’un animal, l’esclave est contraint au travail forcé. Son maître lui impose de dures épreuves. Il peut subir la torture, la violence, toutes sortes d’abus.
 

 2.3. Les traitements réservés aux esclaves

Les esclaves étaient dépourvus de tout droit. L’esclave était considéré comme un outil de travail, un capital précieux que l’on se débarrassait quand il était trop indiscipliné. Rien d’anormal pour les maîtres, puisque les Noirs étaient considérés comme des êtres inférieurs !

Les esclaves étaient considérés comme du bétail, de la marchandise. Il n’y avait aucune pitié, aucune compassion à leur égard durant toute leur vie. Les esclaves rejoignaient l’habitation du maître et se voyaient attribuer un logement sommaire, vétuste dans lequel s’entassait toute la famille.

Les conditions d’hygiène étant désastreuses les maladies étaient nombreuses. L’alimentation des esclaves n’était pas équilibrée et surtout pas adaptée à leurs lourds travaux.

Le travail des esclaves (femmes enceintes et enfants à partir de 10 ans inclus) se faisait dans l’exploitation agricole du maître. Les journées de travail étaient épuisantes, commencées tôt, finies tard, juste entrecoupées de quelques pauses.

Leur encadrement était assuré par un intendant choisi par le maître, pour garantir un maximum de rentabilité et de profit. Son autorité sur les esclaves n’était pas limitée à la direction du travail mais s’étendait au contexte général des Noirs. Il était chargé des tâches policières et pouvait punir les esclaves lorsqu’il le jugeait nécessaire.

Le mariage entre esclaves n’existait pas légalement et les familles risquaient à tout moment d’être séparées par la vente décidée par leur maître pour une quelconque raison (partage d’héritage, besoin d’argent, échanges…), séparant les maris des femmes, les enfants des parents.


Les maîtres enseignaient leur religion aux esclaves mais cachaient une partie du message de l’Évangile, celle qui concerne la grâce et l’accès au paradis. En effet, pour les maîtres, les esclaves étaient exclus de la miséricorde divine.
Les esclaves ne devaient savoir ni lire ni écrire car, pour les maîtres, un esclave instruit était un esclave dangereux.

 Au XVIIe (1685) un Code Noir est édité et promulgué en France par Louis XIV servant de règlement aux maîtres pour la discipline et le commerce des esclaves. Ce code accorda juste l’humanité morale et religieuse aux esclaves et servira à éviter les décisions arbitraires prises par les intendants et les maîtres qui avaient tous les droits et avaient toujours raison… 2.4. La Révolte des Esclaves

Les premières grandes révoltes des Esclaves naissent dès 1789, après La Déclaration des Droits de L’homme et du citoyen : art 1 –  » Les hommes naissent libres et égaux en droit « .Mais c’est au XIXe siècle, que la lutte contre l’esclavage menée par les esclaves eux-mêmes prend de l’ampleur.

Dans tous les pays (États-Unis, Martinique, Cuba, Honduras, Jamaïque… les esclaves se révoltent. Dans les colonies françaises (Martinique, Guadeloupe et Guyane), c’est un député français de la Guadeloupe, Victor Schœlcher, qui contribue à faire adopter, [ble 27 avril 1848, le décret sur l'abolition de l'esclavage]. 

Aux États-Unis, la fin de l’esclavage est proclamée le premier janvier 1863, par le Président Abraham Lincoln, entraînant ainsi l’émancipation de 3 millions d’esclaves. Les Noirs deviennent alors citoyens américains.

3 – XVI°S. ESCLAVAGE INTENSIFIE – la colonisation du Nouveau Monde  

 Au 16e siècle la découverte de l’Amérique et la conquête de ce Nouveau Monde par les Espagnols, que l’esclavage s’intensifie.Les premiers esclaves sont les Indiens d’Amérique. En 1570, le roi du Portugal interdit la réduction des Indiens à l’esclavage qui par ailleurs, ont été décimés et ne supportaient pas les tâches qui leur étaient attribuées.
Puis les Hollandais, les Français, les Portugais, les Espagnols et les Anglais font venir en Amérique des centaines de milliers d’esclaves noirs d’Afrique.

C’est ce que l’on a appelé la  » traite des Noirs », ou  » traite Négrière  » c’est-à-dire le commerce et la déportation d’esclaves noirs.

 4 - LA TRAITE NEGRIERE ou TRAITE DES NOIRS

Traite des Noirs a donc été le trafic des esclaves de la côte de l’Afrique (à noter que les Esclaves venaient de toute l’Afrique) expédiés vers les colonies d’Amérique essentiellement et, pratiquée par les Européens du XVIème au XIXème siècle.

Quatre siècles de tortures, avec à la clé des dizaines de millions d’africains victimes du commerce triangulaire. Le but ultime étant d’amasser de l’argent grâce au travail des esclaves, de construire de belles colonies … Le point de départ de ce commerce était un grand port de l’Atlantique de la mer du Nord (Europe->Afrique ; Afrique->Amérique ; Amérique->Europe). Les navires servant à la traite étaient appelés  » navires négriers « .

En savoir plus sur la traite des Noirs :
www.aidh.org
A LIRE
-La Case De L’oncle Tom , Harriet Beecher Stowe
Racines D’Alex Haley
- Raconte-moi L’esclavage, Jean-Michel Deveau
- Deux Graines de Cacao, Evelyne Brisou-Pellen
- ll fut un jour Gorée… :L’esclavage raconté à nos enfants,  Joseph N’diaye

13 mai 1972 – 13 mai 2008 ! 13 mai, 2008

Posté par rahelys dans : A visiter,Evénements HELI'S MADAGASCAR,Histoire - Commémorations,Identité malgache,Solidarité , ajouter un commentaire

http://www.dailymotion.com/video/x1p8krNaboah

 13 mai 1972 – 13 mai 2008

 Madagascar – Réalités -  Histoire

 

« Mafy ity fiaina ity e ! Que la vie est dure ! »

 « Jeunesse » qui rime avec « réalisme »  pousse vers des sentiments évolués et évoque un être supérieur protecteur « le Créateur  »

****

Hebergeur d'imagesLa goutte qui a fait déborder le vase – Voir

« J’avais 18 ans le 13 mai 1972  » (Grand dossier du soulevement populaire de 1972) de Jeannot RAMAMBAZAFY – Madagate.com

http://www.madagate.com/modules.php?name=Content&pa=showpage&pid=81

 

123

Lanaudière... moutons, caro... |
DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Faut-il considérer internet...
| Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013